Cinquième > Histoire-Géographie > Société, Église et pouvoir politique dans l'occident féodal (XIe-XVe siècles) > Stage - L’émergence d’une nouvelle société urbaine

STAGE - L’ÉMERGENCE D’UNE NOUVELLE SOCIÉTÉ URBAINE

Exercice - Charte de franchise à Blois



L'énoncé

Document 1 - Charte de franchise accordée aux habitants de Blois

Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, amen. Je, Louis, comte de Blois et de Clermont, veut faire savoir en l’honneur de Dieu et pour l’utilité du pays à tous présents et à venir que, par amour de Dieu et pour le salut de mon âme, de l’âme de mon bon père, le comte Thibaud d’heureuse mémoire, et de l’âme de mes ancêtres, avec l’approbation et le consentement de dame la comtesse Alix, ma mère, de mon épouse Catherine, de mon frère Philippe et de mes soeurs Marguerite, Isabelle et Alix, étant sauf le droit des églises et des chevaliers,

[1] tous les hommes habitant à Blois et dans la banlieue de Blois qui me doivent la taille, ainsi que leurs héritiers, seront tenus par moi complètement quittes à l’avenir et reconnus exempts de la taille, de la maletôte(A), de l’emprunt et du prêt forcé ;

[2] quiconque aura un hébergement à Blois ou dans la banlieue de Blois paiera seulement chaque année 5 sous blésois(B), et il paiera également 5 sous pour chaque maison qu’il possédera outre son hébergement, à l’exception des pressoirs – à moins que les détenteurs y habitent ou qu’ils le louent à des tiers ;

[3] si l’hébergement vient à être divisé, il sera payé autant de fois 5 sous qu’il aura été formé de maisons séparées ;

[4] si une maison s’écroule de telle façon que l’emplacement reste vide, je ne prendrai rien jusqu’à ce qu’une maison soit de nouveau élevée sur cet emplacement ;

[5] ce cens sera remis à moi ou à mon mandataire le jour de la fête de saint Hilaire [le 13 janvier] ; s’il manque quelque chose de ce cens qui doit m’être remis ce jour-là, ce qui manquera sera doublé et me sera rendu le lendemain en commun par les bourgeois ;

[6] si les pauvres se plaignent d’avoir été trop chargés, il leur sera accordé une dispense d’après l’avis et la décision des bons hommes qui formeront le conseil de la ville ;

[7] je tiens quittes et je délivre entièrement de tout joug de ma servitude tous ceux, habitant à Blois et dans la banlieue, qui étaient de condition servile envers moi, leurs héritiers et leurs tenures ;

[8] quiconque veut vendre ce qu’il possède, qu’il le vende ; et s’il veut s’éloigner de la ville, qu’il se retire franc et quitte, à moins qu’il n’ait commis un délit ; et s’il a commis un délit, il l’amendera avant de s’éloigner, selon le jugement de la ville ;

[9] quiconque sera venu à Blois ou dans la banlieue de Blois pour y habiter pourra y habiter en remplissant ses obligations selon les coutumes de la ville ;

[10] les délits commis dans les vignes, les prairies, les vergers, les jardins, m’appartiendront comme auparavant ; […]

[20] les habitants seront comme par le passé tenus envers moi au service militaire et, partout où je le voudrai, ils prendront part aux expéditions dirigées soit par moi, soit par mon mandataire, toutes les fois qu’ils en seront requis ; […]

Fait publiquement à Blois en ma cour et juré avec bonheur en commun par le peuple de Blois et affermi par un serment solennel . Afin qu’elle ne soit pas infirmée par la malice de ceux qui viendront ensuite, j’ai fait faire ces lettres et les ai fait confirmer de mon sceau. Donné l’an de l’incarnation du Seigneur mil cent quatre-vingt-seize, par la main de mon chancelier Thibaud, le septième jour de juin.

Source : copie du XVe siècle, éd. dans le Cartulaire de la ville de Blois, éd. Jacques Soyer, Guy Trouillard, Blois, 1903, p. 51-58 (traduit du latin).

(A) : En droit médiéval, une maltôte est une levée d'un impôt extraordinaire qui s'appliquait à des biens de consommation courante (le vin, la bière, la cire...), en vue de faire face à des dépenses, elles aussi, extraordinaires. De manière générale, ce fut pour financer le coût de certaines guerres ou des travaux de fortification. 

(B) : "Blésois" signifique "de la région de Blois". Le sous blésois est donc la monnaie utilisée à Blois. Il n'existait pas au Moyen-Age une seule monnaie identique à l'échelle de tout le pays.

 

Document 2 - Carte de la Loire

6bc488c4c43f7e2bce6363c9fb7e77594645c27c.png

Source : Eurovélo 6.


  • Question 1

    Rappeler la définition d'une charte de franchise.

  • Question 2

    Dans un tableau, récapituler les droits et devoirs des habitants de Blois en vertu de la charte de franchise.

  • Question 3

    Expliquer le développement de Blois au vue de sa situation géographique. Attention, le document 2 est une carte contemporaine.

  • Question 4

    Quel intérêt le comte de Blois et de Clermont a-t-il à accorder cette charte de franchise aux habitants de Blois ? Expliquer brièvement à partir des documents, des réponses aux questions précédentes et des connaissances du cours.

La correction et les astuces de cet exercice t'intéressent ?

Accède librement à l'ensemble des contenus, aux astuces et aux corrections des exercices en t'abonnant sur Les Bons Profs. Clique ici pour démarrer l'abonnement.