Sixième > Français > Orthographe et vocabulaire > Stage - Le champ lexical

STAGE - LE CHAMP LEXICAL

Exercice - Le champ lexical



L'énoncé


  • Question 1

    Donner la définition d'un champ lexical.

  • Question 2

    Dans le texte suivant, trouver tous les mots appartenant au champ lexical de la nature.

    C'est l'automne ! les feuilles des arbres tombent sur la pelouse, c'est l'époque où mon chien vient courir avec moi le long du fleuve, où les grenouilles sautent sur les nénuphars, et où les les fleurs deviennent oranges et rouges.

  • Question 3

    Dans le texte suivant, trouver les mots appartenant au champ lexical de la maladie et à celui de la tristesse.

    Tout le monde, petits et grands, nous aspirons à la vie. C'est inné en chacun de nous. Mais "la vie est si fragile" que le moindre virus, la moindre bactérie met en péril son existence. La maladie frappe à tout âge et habituellement à un moment où on s'y attend le moins. Alors, nos rêves, notre tranquille quotidien, même nos capacités pour manger, jouer, courir, semblent petit à petit être réduits en cendres. C'est alors, qu'avec la douleur, apparaît la tristesse et peu à peu surgit la désespérance. Et lorsque la maladie s'attaque à un enfant, c'est encore plus dramatique car il est sans défense. C'est votre cas et vous m'avez partagé votre impuissance devant ce qui vous apparaît comme une injustice. Le père ne se perçoit plus comme le plus fort et la mère désespère.

  • Question 4

    Trouver le champ lexical auquel appartient cette série de mots :

    auteur - chapitre - préface - dédicace - page - lire 

     

  • Question 5

    Trouver le champ lexical auquel appartient cette série de mots :

    mammifère - pattes - poils - gueule - crocs

  • Question 6

    Dans le poème suivant, quel est le champ lexical principal ?

    «  Je vis, je meurs : je me brûle et me noie.
    J'ai chaud extrême en endurant froidure :
    La vie m'est trop molle et trop dure.
    J'ai grand ennuis entremêlés de joie :
    Tout à un coup, je ris et je larmoie,
    Et en plaisir maint grief tourment j'endure :
    Mon bien s'en va, et à jamais il dure :
    Tout en un coup je sèche et je verdoie.
    Ainsi Amour inconstamment me mène :
    Et quand je pense avoir plus de douleur,
    Sans y penser je me trouve hors de peine. » 
     
    Louise Labé
La correction et les astuces de cet exercice t'intéressent ?

Accède librement à l'ensemble des contenus, aux astuces et aux corrections des exercices en t'abonnant sur Les Bons Profs. Clique ici pour démarrer l'abonnement.